A seissento, Piero Parodi, 1967

Dans le cadre de la chanson-théâtre des années 60 en Italie, il y eu de multiples versions des pérégrinations de ce vendeur de lessives qui vient d’acquérir une Fiat. Celle-ci en gênois (avec ses deux traductions  !) est particulièrement savoureuse et populaire.

A seissento par Piero Parodi en 1967
Tarentelle en do à Zêna

Avéivo acatòu ‘na bèlla seiçénto,
a landâva velôce ciù fòrte do vénto.
Ve cónto ‘n pö a stöia de cómm’a l’é andæta
che ‘n çìnque menûti me l’àn sùbito fæta.

Prìmma ve dìggo o mestê che mi fàsso,
comìnso a dêxôe, mezogiórno so’ ‘n stràsso,
véndo a söda lescìvia e savón
e de palànche ne fàsso ‘n vagón.

Sciù e zu pe-o pòrto co-a motociclétta,
con polegrìnn-a, spasétta e pagétta,
goâgno di mùggi de monæe da çénto
e me vén coæ de catâme a seiçénto.

Làscio a màchina davànti a ‘na pòrta
me gràtan sùbito a rêua de scòrta;
a spòsto ciù ‘n la, int’ina vîa làrga,
apénn-a gîo léuggio me frêgan a tàrga.

Arîva i tedéschi: «verbotte versciure»
e me fàn fêua cìrca mêzo motôre;
ciàmmo i ingléixi pe caciâli vîa:
se màngian tùtta a caroserîa!

Pàssa ‘n figeu con doê bèlle figìnn-e
o me svîa tùtte e lanpadìnn-e.
Ànche mæ fræ pe curâse l’angìnn-a
o fa fìnta de nìnte o se màngia a bobìnn-a.

Pe vixitâlo arîva ‘na mêga
e o radiatô a l’istànte a se frêga.
Pe rispètto a-a scénsa stàggo quêto.
Lê a n’aprofìtta: fa fêua o tapêto.

Ma chisà cöse credéivan ch’a fôse:
a l’êa ‘na seiçénto mîga ‘n pandôçe !
Vàggo a denoçiâ tùtto a l’istànte.
Àtra sanpâ: màn xatòu o volànte!

O mæ portinâ ch’o l’é çénto chìlli
o s’asétta drénto e o me sfónda i sedîli
e seu mogê ch’a l’é tùtta finéssa
a s’apòggia davànti: adîo parabréssa.

Pöi arîva a fìggia. Che signorìnn-a !
Con quàttro susoìn a me sciûga a benzìnn-a.
Pàssa ‘n legêra con ‘na brùtta mìcca:
‘na mêza dentâ o me rozìggia a marmìtta !

Vàggo pe câxo a trovâ mæ coxìn.
Ghe trêuvo in câza croscòtto e pistoìn.
Gh’é restòu quàrche tòcco li da-o marciapê:
o métto inta còrba e o pòrto a-o strasê !

Versione italiana

Avevo comprato una bella 600
Andava veloce più forte del vento
Vi racconto la storia di come è andata
Che in cinque minuti me l’han subito fatta

Prima vi dico il mestiere che faccio
comincio alle dieci a mezzogiorno sono uno straccio
vendo soda, lisciva e sapone
e di soldi ne faccio un vagone

Su e giù per il porto con la motocicletta
con detersivi, scopa e paglietta
guadagnu un mucchio di monete da cento
e mi vien voglia di comprare la 600

Lascio la macchina davanti a una porta
mi grattan subito la ruota di scorta
la sposto più in là in una via larga,
appena giro l’occhio mi fregan la targa.

Arrivano i Tedeschi: « Verbotte versciure »
mi fan fuori circa mezzo motore
chiamo gli Inglesi per scacciarli via
si mangiano tutta la carrozzeria

Passa un ragazzo con due belle figliole
mi svita tutte le lampadine
anche mio fratello, per curarsi l’angina
fa finta di niente e si mangia la bobina

Per visitarlo arriva una dottoressa
e il radiatore all’istante si frega
per rispetto alla scienza stò buono
lei ne approfitta e fa fuori il tappeto

Ma chissà cosa si credevan fosse
era una 600 mica un pandolce !
Vado a denunciare tutto all’istante
altra manata, mi nascondono il volante !

Il mio portinaio che è 100 chili
si ci siede dentro e mi sfonda i sedili
e sua moglie che è tutta finezza
si appoggia davanti; addio parabrezza

Poi arriva una ragazza. Che signorina!
Con quattro succhiate mi asciuga la benzina
Passa una donnaccia con una brutta amica
una mezza sdentata, mi rosicchia la marmitta

Vado per caso a trovare mio cugino
gli trovo in casa cruscotto e pistone
C’è rimasto qualche pezzo lì dal marciapiede:
L’ho metto in un sacco e lo porto allo straccino !

Version française

J’ai acheté une belle Fiat 600
Elle était plus rapide, plus vite que le vent
Je vais vous raconter l’histoire comme ça s’est passé
En cinq minutes ils me l’ont dézingué

D’abord je vais vous dire mon métier
Je commence à dix heures et à midi je suis un chiffon
Je vends soude, lessive et savon
Et de l’argent j’en fais des wagons

Monter et descendre au port avec la motocyclette
Avec détergent, brosse et chapeau de paille
Je gagne des tas de pièces de cent
Et j’ai eu envie d’acheter la 600

Je laisse la voiture en face d’une porte
Ils me tirent tout-de-suite la roue de secours
Je la déplace plus loin dans une rue plus large
A peine ils l’ont vu, ils m’ont volé la plaque

Arrivent les Allemands: « Verbotte versciure »
Ils me virent la moitié du moteur
J’appelle les anglais pour les chasser
Ils se mangent toute la carrosserie

Un garçon passe avec deux belles filles
Ils me dévissent toutes les ampoules
Même mon frère, pour guérir l’angine
Il fait semblant de rien, et se mange la bobine

Pour le consulter une doctoresse arrive
Et le radiateur s’embrouille de suite
Par respect pour la science je reste tranquille
Elle en profite et se fait le tapis

Mais qu’est-ce qu’ils pensaient
C’était une 600 pas un pandolce !
Je vais porter plainte tout-de-suite
Autre coup dur,  le volant a disparu !

Mon portier il pèse cent kilos
Il s’assoit dedans et m’enfonce les sièges
Et sa femme qui est toute mince
Elle s’appuie à l’avant; adieu pare-brise

Puis vient la fille. Quelle demoiselle !
En quatre sucées elle me sèche l’essence
Une poulette passe avec une amie laide
Une demi-édentée, ça me rouille l’échappement

Je vais par hasard voir mon cousin
Je retrouve dans la maison tableau de bord et piston
Il restait une pièce là sur le trottoir:
Je la mets dans le sac et l’emmène au chiffonnier !

La Balilla (une autre Fiat !), un classique de la chanson-théâtre milanaise dans la version de Giorgio Gaber en 1963 qu’ont interprété également I Gufi, Maria Monti, Enzo Janacci… adapté par Piero Parodi en gênois.

La Fiat 600 D dans Le Distrait de Pierre Richard, 1970

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s